Venez me rendre visite dans mon atelier d'artiste en bordure du bois de vincennes...

  • facebook
  • tbird
  • googleplus
  • flickr

Résidence artistique à l'Institut des Futurs Souhaitables

Grâce à la cocréation de Finance for Entrepreneurs avec Mathieu Langeard, Laurence Lucas-Skalli, Christophe Place, François Bert.. Découvertes, expériences réjouissantes et sublimes rencontres, notamment avec Léna Spinazzé qui m'invite à rencontrer Mathieu Baudin. Des nouvelles amitiés émergent, de nouveaux possibles sont en marche...

Septembre 2012, Mathieu me convie pour être l'artiste en résidence de la LAB SESSION 2 de l'Institut des Futurs Souhaitables.

Késako ?  Les conspirateurs positifs: Mathieu Baudin at TEDxParis 2012.....  http://www.youtube.com/watch?v=bdKkrxOFGRg

SERIE 1 - Enthousiasme, énergie, émerveillement à provoquer... Inspiration d'une 1ère série LES EXPLORATEURS !

Exposition improvisée à la Gaité Lyrique à même le sol à défaut de mur... dont la recherche future m'amène à participer à l'expositon du  cercle Ambire Madrian cofondé par Romain Arazm et Victor Maille "Inuits, une terre, un peuple, un art" au centre culturel Christiane Peugeot entre novembre et décembre 2012.

Organisation d'une soirée spéciale le 5 novembre 2012 "Quel(s) futur(s) souhaitable(s) pour l'Artique ?"  avec Laurent Mayet, ingénieur en océanographie et membre fondateur du Cercle Polaire, Jea Michel Huctin, anhropologue et cofondateur de l'Ummannaq Polar Institute et Lis Stender, designer groeanlandaise.
 

  

 

La SERIE 1 "Les Explorateurs" est constituée d'une vingtaine de linogravures, toutes rendues uniques par changement de l'encrage ou collages successifs ...

Les oeuvres ont été réalisées à l'Atelier Pierre Soulages fondé par Sylvie Abélanet à Charenton-Le-Pont.

FUTUR, FUTUR SOUHAITABLE    

TERRITOIRE, NOUVEAUX TERRITOIRES


IDENTITE, IDENTITE A REINVENTER       
EXPLORATION, EXPLORATION INDIVIDUELLE


AVENTURE, AVENTURE COLLECTIVE…

« La série ‘Les explorateurs’  marque le point de départ du voyage collectif de la LAB SESSION 2 de l’Institut des Futurs Souhaitables, 21 explorateurs qui se jettent à l’eau…


Il a été important pour moi de tout d’abord signifier que nous sommes tous identiques. En tant qu’être humain, nous partageons l’envie de créer, co-créer un futur souhaitable. J’ai ainsi utilisé la gravure comme medium / technique artistique pour permettre cette démultiplication à partir d’une plaque unique. Notre dénominateur commun étant l’envie d’explorer le nouveau monde…


Il s’agissait ensuite de magnifier le fait que chacun de nous est unique. Chacun de nous nage au sein d’un territoire, qu’il incarne, tantôt brillant, tantôt mystérieux, uni ou bigarré … Il s’y distingue. Nous sommes tous en mouvement, mais chacun à sa manière, à son tempo et au sein d’un espace qui lui est propre. Par ailleurs, dans ce périple, l’océan des possibles peut nous paraître incroyablement vaste, vécu en solitaire. Le fait de savoir que d’autres nageurs dans d’autres mers, rivières… sont à nos côtés, renforcent à mes yeux notre espoir et notre vitalité. Se savoir faire partie d’une communauté d’acteurs engagés, conscients, nous donne de la force dans les moments de doute, de l’énergie pour nous aider à surmonter les tempêtes…et continuer à avancer.


Enfin prendre l’eau comme symbole fondateur de notre exploration n’a pas été le fruit du hasard. L’eau est par essence et de manière historique un symbole de vie. C’est personnellement l’un des 4 éléments qui m’est le plus familier, de part ma pratique d’apnéiste, plongeuse sous-marine et nageuse. Principal constituant du corps humain, environ 65% de notre organisme, 71% de la surface de la Terre,  l’eau remplit des fonctions vitales pour l’homme comme pour la planète… L’eau est également peut être l’élément clé de notre survie. Etre en osmose avec cet élément devient ainsi une métaphore poétique. L’explorateur, le nageur, est représenté telle une vague, qui souhaiterait s’y fondre, se confondre avec l’eau-vie, en comprendre sa complexité pour savoir la respecter. »   

 
Maud LC, 1er octobre 2012

Questions posées  :

- où souhaitons-nous aller nager ?

- vers quel territoire devons-nous diriger prioritairement notre exploration ?

- quels outils pouvons-nous mettre en place pour créer ce futur souhaitable…

SERIE 2 - ABECEDAIRE DE FUTURS SOUHAITABLES...

Les explorateurs se sont lancés, vers un oéan de possibles... Il s'agit désormais d'inviter le plus grand nombre à suivre le lapin blanc...celui qui mène aux pays des merveilles, celui qui permet d'explorer la Matrix !

Entre économie circulaire et gouvernance partagée, les découvertes sont réjouissantes, les controverses utiles et les questions encore nombreuses...

- "Et vous, c'est quoi votre défi aujourd'hui ?"

- "A votre avis, pourquoi avons-nous besoin de réinventer le monde" ?

- "Les utopistes d'hier ne sont-ils pas les nouveaux réalistes ?"...

SERIE 1 - QUAND LES EXPLORATEURS CO-CREENT LE MONDE...

Les explorateurs se sont lancés, vers un oéan de possibles... Pour comprendre DANS QUELLE VIE NOUS MONDONS, il nous faut peut être se rémémorer que nous sommes tous COCREATEURS DE NOTRE MONDE ....

Résidence artistique DANS QUELLE VIE TU MONDE(S) ?

SUJET DE RESIDENCE / RECONNAITRE L'AUTRE POUR DIALOGUER

 

Ma résidence artistique au sein du programme culturel franco-chinois DANS QUELLE VIE TU MONDE(S) ? s’inscrit dans la continuité de mon engagement multiforme pour co-créer un développement durable.  Articulant ma  démarche artistique autour de  trois axes : vibration, résonance, transformation, j’établis un lien évident entre l’art contemporain et le développement durable pour de multiples raisons. Deux citations en résument l’essentiel : « Une œuvre d’art est le résultat d’une action dont le but fini est de provoquer chez quelqu’un des développements infinis »,  selon le poète et philosophe Paul Valéry et « toutes les grandes œuvres transforment la façon dont nous voyons le monde et par conséquent transforment le monde » d’après l’écrivain Michel Butor. Mon protocole :  reconnaître l’autre pour dialoguer est fondé sur la conviction du philosophe allemand Arthur Schopenhaueur lorsqu’il explique que « le monde dans lequel chacun vit dépend de la façon de le concevoir. » Mon objectif est ainsi de permettre l’émergence et la valorisation de l’intangible au sein du  programme, l’esprit de ces parties prenantes, ce qu’elles sont au monde et comment elles contribuent à le transformer. A partir de mon exploration des quatre sens du mot reconnaissance : acceptation, souvenir, engagement, sondage -, je tenterai de retranscrire une miette de nos visions singulières : DANS QUELLE VIE NOUS MOND(ONS) ? Pouvons-nous appréhender une macro-vision à partir de la complexité, de la multiplicité de nos visions individuelles ? Si oui, comment la décrypter ? La partager ? Rendez-vous dans quelques mois !    

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now